Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information : Crohn et arrêt du tabac

Publié le

Information : Crohn et arrêt du tabac

Le facteur risque environnemental Tabac est une des seules certitudes que les médecins ont par rapport à la maladie de Crohn ! Et ce depuis de nombreuses années déjà.


  • Quelques chiffres pour commencer


Fumer multiplie par 2 le fait de déclencher la maladie, peu importe le nombre de cigarettes fumées. Il faudra alors quatre années de sevrage pour que le risque redevienne identique à ceux qui n'ont jamais fumé.

De même, fumer augmente le risque de poussée de 50%.

Enfin, les malades de Crohn qui doivent passer par la chirurgie voient leur taux de récidive post-bloc augmenter s'ils fument !


« Chez les fumeurs atteints de la maladie de Crohn, l'arrêt du tabac est extrêmement bénéfique : les poussées de la maladie s'espacent et deviennent moins sévères avec moins de complications. Il n'est pas rare qu'elles disparaissent. Arrêter le tabac aide à maintenir l'état de rémission. On peut souvent alléger les traitements et on a souvent moins besoin de recourir à la chirurgie.»

Docteur Bonnaud, gastroentérologue à Cornebarrieu, tiré du site de doctissimo avec son accord


  • En pratique, pour arréter :


Analyse de la situation :


Tous les fumeurs ne sont pas dépendants de la même façon à la cigarette. Et de cette différence d'addictions nécessitera différentes façons d'aborder le sevrage.


Il y a la dépendance physique à la nicotine---- substituts nicotiniques et autres aides médicamenteuses

Il y a la dépendance comportementale---- se défaire du geste en le remplaçant par une autre habitude ( prendre un chewing-gum....)

Il y a la dépendance psychologique---- volonté et soutien des proches, de spécialistes..

Et bien sûr, ces dépendances peuvent se mélanger entre elles d'où un sevrage basé sur plusieurs facteurs.


Il existe plein de tests pour aider à trouver la solution qui correspond le mieux à la personne fumeuse : questionnaire de Fagerström, test de Horn, QCT2 de Gilliard, test HAD, test de Richmond....


Préparation :


Pour arrêter de fumer définitivement, on peut agir d'un coup de tête ou y réfléchir avant.

Ça permet de se motiver en se fixant des objectifs, essayer de trouver les solutions avant d'être dans une situation à risque de rechutes...


Une fois la décision prise, les aides pour y arriver :


Le soutien psychologique est primordial. Pouvoir compter sur ses proches, sa famille, ses amis ou collègues de travail est important.

Les tabacologues, médecins traitant et pharmaciens sont aussi là pour aider la personne qui veut arrêter ( sans parler forcément de traitement ! )


Dans les aides médicamenteuses,

il y a les substituts nicotiniques. Leur but est de réduire au fur et à mesure l'apport de nicotine au corps progressivement. La durée du traitement varie entre 6 semaines et 6 mois.

  • patchs

  • sprays/inhalateurs

  • comprimés à sucer

  • gommes à mâcher ou à sucer

Les différentes formes peuvent se combiner mais attention alors à adapter les dosages !

Les deux traitements qui ont une AMM pour le sevrage tabagique sont le Bupropion LP et la Varénicline. Ils seront délivrés par le médecin car leur utilisation présentent des contre-indications et interactions médicamenteuses.


Par rapport à la maladie de Crohn, l'aide au sevrage tabagique peut être en partie pris en charge par la CPAM :

« La consommation régulière de tabac, même minime, a un rôle clairement

aggravant sur l’évolution de la maladie. L’arrêt du tabac fait donc partie

intégrante du traitement de la maladie.

Chez certains patients, en fonction de leur dépendance et de la présence

d’un état anxio-dépressif, une aide au sevrage tabagique peut être

proposée :

# En première intention chez les patients dépendants : substituts

nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhaleur)

# En deuxième intention : aide médicamenteuse au sevrage tabagique

(bupropion LP, varénicline)

# Une prise en charge spécialisée est recommandée chez les personnes

fortement dépendantes, ou souffrant de coaddictions multiples, ou

présentant un terrain anxio-dépressif »

Guide affection longue durée de l'HAS, mai 2008

Se renseigner aussi auprès des mutuelles car certaines prennent en charge à hauteur d'un forfait.


La personne peut débuter une thérapie comportementale et cognitive. Cette psychothérapie va l'aider à ne pas craquer en présence d'un autre fumeur, lui apprendre à se déshabituer à certains gestes...

On peut aussi s'aider de l'hypnose, acupuncture et homéopathie....

Certains arrivent à arrêter de fumer en faisant un passage à la cigarette électronique avant l'arrêt. Mais l'AFFSAPS ne recommande pas la cigarette électronique car la nicotine reste dangereuse et que toutes les conséquences de cette consommation n'ont pas été prouvé.


Et si rechute :

Le plus dur est de tenir sur la durée. S'il y a rechute, ce n'est pas un échec. Il faut analyser les causes pour pouvoir pallier en y trouvant les solutions adaptées


Je vous conseille la lecture du site Tabac info service.

Et d'en parler à votre gastroentérologue et à votre médecin traitant....




Information : Crohn et arrêt du tabac

Commenter cet article